Comment sortir de sa zone de confort ?
Comment sortir de sa zone de confort ?

Comment sortir de sa zone de confort ?

Ecouter le podcast

Comment sortir de sa zone de confort ? Voici une question courante pour tous ceux qui souhaitent apporter du changement dans leur vie.

Ce terme est plutôt vague et c’est une sorte de mot-valise du développement personnel car chacun y met ce qu’il veut.

Cette expression est utilisée dans le cadre personnel, professionnel, sportif, amoureux, relationnel. Bref,  dans un peu tous les domaines et ce n’est pas vraiment clair.

Cet article a pour but d’éclairer tout ça, afin de mieux comprendre ce principe et finalement réussir à sortir de sa zone de confort. En effet, si l’on ne peut pas définir quelque chose clairement comment le dépasser ?

Bonne lecture.

Sortir de sa zone de confort, c’est être acteur de sa vie. Y rester, c’est en être spectateur.

Comment sortir des a zone de confort
Avant de pouvoir en sortir, il faut comprendre ce que c’est

Zone de confort ok, mais qu’est ce que c’est ?

Celle-ci peut se définir comme un état psychologique dans lequel on se sent à l’aise et en sécurité. Quel que soit le domaine, cela représente l’ensemble des habitudes et des comportements que l’on effectue couramment. Ce sont ces derniers qui nous apportent confort et sécurité.  

La zone de confort au sens imagé du terme représente l’espace dans lequel nous avons une sensation de contrôle et de maîtrise sans nécessiter d’efforts ou d’engagements particuliers.

Nous avons tous un besoin de sécurité et pour l’assouvir chacun se créé un espace physique et mental où la sensation de contrôle sera prédominante. Mais qu’est-ce que cette construction implique ?

Le risque est de s’auto enfermer dans une routine qui ne sera plus satisfaisante et encore moins épanouissante. En effet, il y sera parfois difficile de découvrir, d’apprendre de nouvelles choses et de faire des rencontres stimulantes.

Pourquoi quitter sa zone de confort ?

Si l’on souhaite des changements et une ouverture à de nouveaux horizons. Sortir de sa zone de confort sera alors une démarche positive et révélatrice d’un potentiel inexploité qui a pu être occulté par notre routine.

Pour les personnes timides ou qui manquent d’assurance, ce peut être un véritable booster de la confiance en soi.

Cette démarche vous permettra également de donner un coup de fouet à votre audace et votre motivation. Vous oserez plus facilement relever de nouveaux challenges et développer de nouveaux projets.

Tout ceci augmentera votre capacité à vous affirmer et à prendre des décisions. Par la suite, vous changerez de point de vue. Les situations nouvelles ne seront plus source de stress ou d’anxiété elles deviendront des opportunités. A vous de les saisir ou pas.

Sortir de sa zone de confort permet également de retrouver l’excitation de la nouveauté et par la même stimuler votre curiosité. Éviter l’ennui et la monotonie qui sont des véritables freins à l’épanouissement personnel.

Votre vie deviendra plus palpitante avec de nouvelles sollicitations et vous profiterez de chaque instant. N’oubliez pas que c’est vous qui êtes aux commandes et que vous pouvez revenir en sécurité dès que vous en ressentez le besoin. 

Comment sortir de sa zone de confort ?

Maintenant que nous avons vu ce qu’est la zone de confort et quels sont les avantages d’en sortir, voici des éléments utiles pour réussir à la quitter.

Changez vos habitudes.

Voici le premier point et certainement le plus important, changez vos habitudes. Cela ne veut pas dire tout bouleverser du jour au lendemain. Mais prenez conscience de ce que vous faites quotidiennement et de façon répétitive.

Faites la distinction entre ce qui vous pousse vers le haut, qui vous stimule. Ce qui vous bloque, vous empêche d’avancer et ce qui clairement vous tire vers le bas.

Simplement il y a les habitudes positives, neutres et négatives. Une démarche utile est d’augmenter ou diversifier ce que vous faites de positif et de motivant. De remplacer ce que vous faites de neutre par du positif et d’essayer de réduire au maximum ce que vous faites de négatif.

Par exemple, faire du sport, lire, se cultiver est une attitude positive, augmentée là et diversifiée là. Faites du sport en groupe, lisez d’autres types d’ouvrages, visitez de nouveaux musées ou allez voir des spectacles. C’est à vous de saisir ce que vous faites de positif et comment l’augmenter.

Passer beaucoup de temps à réfléchir et se creuser la cervelle avec mille questions stériles est une attitude neutre. Cela fait toujours du bien de réfléchir, mais y passer trop de temps vous empêche de faire autre chose. Remplacer ceci par du positif, des activités qui vous stimuleront.

Et enfin, se positionner en victime, passer son temps à se plaindre ou rester en pyjama sur son canapé est un comportement extrêmement négatif qui vous tire vers le bas. Réduisez ceci au maximum.

Tout cela bien sûr à votre rythme, sans vous mettre la pression non plus. L’important est que vous preniez des décisions et que vous vous y teniez.

Sélectionnez des domaines dans lesquels vous souhaitez des améliorations.

Voici deux d’exercices pour vous aider dans cette démarche.

 Secteurs et actions.

Prenez une feuille et notez 3 ou 4 secteurs qui vous paraissent importants. Familial, professionnel, personnel, relationnel, amoureux.

Classez-les dans l’ordre de vos priorités.

D’un côté, écrivez l’état actuel et d’un autre ce qui serait idéal.

Puis inscrivez une à plusieurs actions à entreprendre dans ces secteurs. Le plus efficace est de définir une durée une date pour atteindre ces buts et que ce soit mesurable.

Bien entendu, sans vous mettre la pression et en choisissant des actions et des objectifs réalistes. Une fois ceux-ci atteint vous pouvez en choisir de nouveaux ou d’autres secteurs.

L’exercice des trois bonnes choses.

Chaque jour, choisissez une bonne chose à faire pour vous, une pour les autres et relevez dans votre journée une bonne chose qui vous est arrivée.

Exemple: Aujourd’hui, je vais aller chez le coiffeur.

Pour les autres, je vais acheter à manger pour le sdf en bas de chez moi (ici aussi c’est un exemple).

À la fin de la journée, notez la bonne chose qui vous est arrivée. En cherchant bien vous trouverez, ce peut être quelque chose de très simple.

Réfléchissez et exprimez pourquoi ça vous est arrivé. Par exemple, vous avez croisé un ancien copain d’école en allant au travail. Pourquoi ? Parce que vous y êtes allé à vélo plutôt quand voiture, vous avez changez vos habitudes.

Pour ce que vous avez fait pour vous et les autres, notez pourquoi vous avez choisi cette action, comment y êtes-vous arrivé ? Est qu’est ce que ça a créé en vous. 

 Cet exercice n’est pas aussi simple qu’il en a l’air, en revanche il est source de grande satisfaction et de motivation qui sont les deux éléments clefs pour sortir de sa zone de confort.  

sortir de sa zone de confort
Nos peurs nous empêchent d’avancer

Faites ce qui vous fait peur au lieu de ce que vous avez envie de faire.

Si vous pratiquez régulièrement les deux exercices suggérés précédemment vous augmenterez votre confiance en vous et votre satisfaction personnelle de façon significative.

Ainsi, vous pourrez entreprendre plus sereinement la phase qui selon moi est la plus difficile pour sortir de votre zone de confort, faire ce qui vous fait peur.

C’est la peur qui nous bloque et qui fait que nous avons tendance à rester en sécurité. La peur de l’échec, du regard des autres, du jugement, même la peur de réussir.

En règle générale nous avons conscience de ce qui nous fait peur, mais pas toujours. Dans ce cas-là, il est utile de bien réfléchir et de saisir de quoi nous avons peur et en quoi ça nous empêche de passer à l’action ?

Une fois identifiée, entraînez-vous à vous en servir comme moteur et non plus comme un frein. Si vous avez peur du jugement des autres dites-vous que l’avis qui compte le plus sur vous-même c’est le vôtre. Le fait d’affronter progressivement vos peurs ne pourra qu’améliorer l’image que vous avez de votre personne.

Que feriez-vous vous si vous n’aviez plus peur? La ou les réponses à cette question vous indiquent le chemin à suivre pour dépasser vos blocages et découvrir de nouveaux horizons.

Le courage c’est d’avancer avec ses peurs, de progresser malgré elle et les différentes difficultés qu’elles engendrent.

Il va de soi qu’ici aussi il faut démarrer un cheminement progressif, se forcer un peu parfois, mais il ne faut surtout pas que cela vire à l’obsession ce qui vous mènera très probablement au découragement.

En conclusion

Quel que soit le domaine, sortir de sa zone de confort même occasionnellement ou partiellement ne peut être que positif et satisfaisant.

Vous augmenterez votre confiance en vous, votre amour propre, nourrirez votre curiosité et vous développerez un nouveau regard sur vous-même et sur le monde.

Cela demande un certain effort et de l’engagement personnel, mais ceci en vaut la peine, et si vous le désirez vraiment vous y arriverez. Vous aurez des moments de doutes de découragement dans ces cas là vous pouvez revenir en sécurité, pour vous reposer, vous ressourcer, mais n’oubliez jamais de persévérer.

C’est dans la persévérance que l’on se découvre et que l’on s’accomplit.

Merci de m’avoir lu.

N'hésitez pas à partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.