Les scénarios de vie.
Les scénarios de vie.

Les scénarios de vie.

Le concept de scénario de vie est une théorie proposée par le fondateur de l’analyse transactionnelle Éric Berne.

Les scénarios de vie sont des plans que l’on s’est construits de manière inconsciente. Ils se basent sur les expériences, les émotions, les interprétations et les conclusions tirées de nos premiers pas dans l’existence.

Ils sont la trame inconsciente qu’une personne suit en écrivant l’histoire de sa vie.

Lorsqu’à travers nos actes et nos comportements nous ne nous rendons pas compte de l’histoire que nous nous racontons, il arrive fréquemment que nous nous enfermions dans un schéma répétitif.

Par exemple, une personne qui aura eu une enfance oisive avec peu de stimulation (activité culturelle, sportive, encouragement des parents, des professeurs) a de fortes probabilités de s’écrire comme scénario: « je suis trop paresseux et je manque de volonté « .

Elle n’est pas forcément paresseuse, mais si ce scénario guide sa vie alors elle aura du mal à se motiver, à entreprendre et à concrétiser des projets. Plus simplement à trouver de la satisfaction personnelle. 

Pour ceux qui souhaitent surmonter la timidité, le manque d’estime, de confiance en soi, comprendre la ou les histoires que l’on se raconte inconsciemment est le premier pas vers le changement. Il existe trois grands types de scénarios de vie :

  • Gagnant : celui de la personne qui accomplit les buts qu’elle s’est fixés.
  • Perdant : celui de la personne qui n’arrive pas à mener à bien les buts qu’elle s’est fixés.
  • Non-gagnant : celui de la personne qui traverse sa vie sans risque et sans véritable objectif.

Découvrons maintenant deux exemples typiques.

Les scénarios de vie ou l'histoire que l'on se raconte
Les scénarios de vie ou l’histoire que l’on se raconte

Les scénarios de vie écouter le podcast

Je devrais payer demain pour ce que je vis aujourd’hui.

Celui-ci est fréquent chez les personnes qui s’empêchent d’être heureuses. Bien sûr, notre bonheur dépend de facteurs externes sur lesquels nous n’avons pas ou peu de contrôle. Cependant, c’est notre façon d’interpréter les événements qui a la plus grande influence sur notre niveau de bonheur.

S’il arrive à quelqu’un dans son enfance de vivre des événements marquants (décès d’un proche, divorce, accidents) alors que sa vie était tout à fait satisfaisante auparavant, il est possible qu’il s’écrive comme histoire: « si je suis heureux aujourd’hui, je devrais le payer demain ».

Ainsi, en vivant ce scénario de vie il s’auto sabote, n’accepte pas la possibilité d’être heureux et éventuellement de partager des moments de joie avec son entourage. Ce type de comportements adoptés inconsciemment ne peut générer que mal être, voir replis sur soi, puisque celui qui le vie s’attend toujours au pire.

Les pensées du type je ne le mérite pas, je vais tout gâcher, ce n’est pas pour moi, les autres méritent d’être heureux, mais pas moi. Sont des exemples classiques de réflexion de celui qui vit ce modèle de scénario non gagnant.

Pour sortir de ce fonctionnement, il faut prendre conscience de plusieurs éléments. Le premier étant que qui que nous soyons, nous avons tous droit au bonheur. Deuxièmement, les instants de joie, de bien-être, de gaieté, de partage ne sont pas des « crédits » accordés par la vie et que nous devrons rembourser plus tard.

 Pour terminer, le fait de s’empêcher d’être heureux ne fera qu’entretenir le mal-être et l’anxiété.  

Je n’obtiens jamais ce que je veux.

Le fait d’avoir vécu des manques (affectifs, matériels) et subi de nombreuses frustrations dans son enfance mène parfois à ce scénario de vie perdant. Ceux qui le vivent ont l’impression et même la certitude de ne jamais réussir à combler leurs désirs.

Ici aussi il s’agit d’un mécanisme d’auto-sabotage.

Je ne l’ai pas parce que je ne le mérite pas, parce que je ne travaille pas assez, parce c’est pour les autres, mais pas pour moi… Ces réprimandes sont fréquentes lorsque l’on s’est écrit ce scénario.

Les attentes sont-elles trop élevées ? Ou est ce qu’inconsciemment on fait exprès de ne pas y arriver pour se conforter dans cette idée? Paradoxalement, le fait de ne jamais réussir à avoir ce que l’on veut et parfois plus confortable. En effet, cela nous permet de rester dans une zone connue et en sécurité. Par exemple, ne pas décrocher un nouvel emploi évite de nous confronter à de nouveaux défis et d’éventuels problèmes.

On peut aussi volontairement ne pas avoir quelque chose pour être certain de ne pas le perdre. Si je ne possède rien, je n’ai rien à perdre.

 Il est important de comprendre que ce n’est pas parce que nous n’obtenons pas ce que nous voulons que nous n’y avons pas droit. Saisir cela est sans doute le premier levier qui nous permettra de sortir de ce scénario de vie.  

Comment identifier son ou ses scénarios de vie ?

Dans un premier temps pour prendre conscience de son scénario il faut définir dans lesquels des trois grands modèles nous sommes.

Gagnant, les objectifs sont fixés et atteints, mais ceci n’apporte pas forcément de la satisfaction.

Perdant, les objectifs sont fixés, mais ne sont pas menés jusqu’au bout.

Non gagnant, aucuns ou peu d’objectifs sont fixés et la prise de risque est minimum voir inexistante.

Ceci nous le découvrons en étant honnêtes avec nous même et en observant comment nous menons notre vie. Quelles décisions prenons-nous ? Est-ce que nous nous sentons accomplis? Menons-nous les projets jusqu’au bout ? Prenons-nous des risques pour réussir ?

Par la suite, nous en comprenons plus en écoutant objectivement et sans nous juger notre discours intérieur. Est-ce que nous nous faisons des compliments ou des reproches? À quelle fréquence ? Est-ce que nous nous disons tu ou je ? Avons nous confiance en nos capacités?

Faire le point sur ce que nos parents nous ont transmis ou pas. Ont ils étaient encourageants ? Bienveillants ? Quelles valeurs nous ont-ils transmises ? Quelle influence ont-ils dans notre vie d’adulte ?

Comment je perçois le monde? Me parait-il hostile, dangereux? Suis je fais pour ce monde et qu’est-ce que je peux y changer ou apporter ?

Quelle est mon attitude face aux autres? Est-ce que je fais confiance facilement. Est ce que je me défends ?

Bien entendu, il ne faut pas que cela vire à l’interrogatoire permanent ce qui est contre-productif. Toutefois,  ce type de questions peut nous en dire plus sur l’histoire que l’on se raconte, et surtout nous permettre de la modifier.

Nous pouvons écrire un nouveau scénario
Nous pouvons écrire un nouveau scénario

Comment en sortir ?

Nous ne pouvons réellement réécrire notre ou nos scénarios de vie, car ils sont une partie de nous-mêmes. Malgré cela, une fois que nous les avons identifiés et compris nous pouvons dès lors entreprendre des changements progressifs et ciblés pour en écrire de nouveaux plus positifs et plus satisfaisant.

Pour un scénario gagnant où nous ne trouvons pas de satisfaction, il est intéressant de revoir les priorités et ce qui a la plus grande importance dans notre existence.

Si nous concrétisons des projets professionnels au détriment d’autres plus personnels et que nous n’y trouvons finalement pas de contentement. Il peut être utile de réorienter notre attention et notre énergie vers d’autres objectifs plus épanouissants.

Dans le cas d’un scénario perdant, ce sont justement nos échecs qui vont nous permettre de comprendre qu’est-ce qui n’a pas fonctionné.

Est-ce que l’objectif était trop élevé ? Ou n’étions-nous pas assez préparés ? Et la question la plus importante, faisons-nous exprès de rater?

Néanmoins, le positif dans ce scénario c’est que même si nous échouons nous essayons et il est important de continuer en tirant les leçons des échecs passés.

Si nous vivons un scénario non-gagnant nous pouvons déterminer des buts à atteindre en fonction des secteurs qui ont la plus grande importance pour nous.

Professionnel, familial, amoureux, personnel. Une fois un ou des secteurs précis ciblés il faut définir un objectif clair et raisonnable.

 Par la suite, nous pouvons appliquer la technique des petits pas. Celle-ci consiste à fragmenter en étapes le but choisi. Cette méthode permet de progresser plus facilement et cette sensation de progression sera le moteur de notre motivation.

Conclusion.

Les histoires que l’on se raconte ont certes une influence sur notre personne, mais ne sont pas nécessairement notre destiné.

C’est nous qui sommes aux commandes et en comprenant nos scénarios de vie nous sommes plus à même de les changer.

Nous sommes l’auteur de notre existence, chaque jour nous écrivons une page de notre vie et si celles du passé ont trop de poids nous pouvons nous en libérer en écrivant une nouvelle histoire.

Merci de m’avoir lu.

N'hésitez pas à partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.